Le rôle de la formation pour nos salariés en situation de handicap

Le rôle de la formation pour nos salariés en situation de handicap

Nous publions aujourd’hui le second article d’une série consacrée à la thématique du handicap dans le monde du travail. Frédéric Kost-Hernandez, directeur de la marque Talisman, évoque son point de vue concernant la formation pour les salariés en situation de handicap…

La question de l’humain devient un sujet de plus en plus central dans les entreprises.

Aussi, la formation apparaît comme un des outils les plus efficaces en termes de management. Elle est devenue aujourd’hui un vecteur de succès et un levier de motivation dont chaque dirigeant doit se servir.

Au niveau stratégique, la formation permet :

– De développer des compétences en interne,
– De fidéliser les collaborateurs.

Dans nos entreprises adaptées, la formation tient une place prépondérante pour nos salariés en situation de handicap.

En effet, la mission première de toute entreprise adaptée est d’aider chaque salarié handicapé à intégrer le milieu classique des entreprises.

Pour ce faire, ma responsabilité est de les armer le mieux possible afin qu’ils appréhendent sereinement la poursuite de leur parcours.

Nos entreprises adaptées emploient des personnes peu ou pas diplômées et qui ont souvent connu l’échec scolaire.

Dès lors, nous avons travaillé sur deux axes qui nous semblaient primordiaux :

– L’alphabétisation,
– La formation.

Certains de nos salariés éprouvaient de grandes difficultés pour les savoirs de base : lecture, écriture et calcul. Or, pour les décider à des actions de formation, nous avons travaillé sur ces domaines de savoir avant même de pouvoir engager un parcours de formation.

Nous avons mis en place, un groupe qui se réunit tous les jeudis matin sur le temps de travail et qui est animé par notre Assistante Sociale, Isabelle BAILLY-MAITRE.

Nous ne voulions pas des cours éloignés de la vie courante. Il s’agit d’apprendre à lire avec des objectifs concrets comme sortir de chez soi, entrer dans la société, être libre et autonome. Il peut s’agir aussi de compter sa monnaie et de comprendre le principe simple du calcul. Savoir écrire prend également une place prépondérante dans cet atelier et notamment pour apprendre à remplir un formulaire dont tout un chacun peut avoir besoin dans la vie quotidienne.

L’objectif que nous nous sommes fixé pour ce groupe est de dédramatiser l’apprentissage de ces savoirs que nous pouvons acquérir à tout âge. Il n’y a pas de notes ou de classement dans les exercices demandés afin de ne pas induire de la compétition dans le groupe. Chacun avance à son rythme.

La formation quant à elle, doit être promue afin d’y vanter les avantages qu’elle peut procurer. Nous sommes partis des entretiens annuels afin de travailler sur une cartographie des demandes pour mieux cibler des actions concrètes.

En 2017, dix de nos salariés en situation de handicap vont se présenter pour l’obtention du certificat de connaissances et de compétences professionnelles (CLEA).

C’est une certification officielle et professionnelle reconnue par tous, dans les tous les secteurs d’activité et dans toutes les régions.

Aujourd’hui, les partenaires sociaux considèrent que l’élévation du niveau de qualification de la population salariée est primordiale pour sécuriser les parcours professionnels.

CLEA va ainsi certifier que les salariés qui en sont titulaires possèdent des compétences et des connaissances dans 7 domaines qui sont les suivants :

– S’exprimer en français,
– Calculer et raisonner,
– Utiliser un ordinateur,
– Respecter les règles et travailler en équipe,
– Travailler seul et prendre des initiatives,
– Avoir l’envie d’apprendre,
– Maîtriser les règles de base : hygiène, sécurité et environnement.

Nous espérons avec ce premier groupe créer une dynamique et reconduire cette action l’année prochaine afin que l’ensemble de nos salariés soient en possession de ce certificat.

98 % de nos salariés ont connu l’échec scolaire et nous sommes convaincus que l’obtention de ce certificat tendra à leur redonner confiance et peut-être aller encore plus loin dans le processus de formation.

Les heureux titulaires seront mis à l’honneur dans nos entreprises puisqu’un moment de convivialité est d’ores et déjà prévu afin de leur dire combien nous sommes fiers de leur réussite.

Et ma responsabilité de dirigeant ne réside-t-elle pas aussi et surtout dans l’impérieuse nécessité d’accompagner celles et ceux qui souhaitent se dépasser et aller plus loin ?